Stacks Image 309

GRANDE LOGE TRADITIONNELLE ET SYMBOLIQUE OPÉRA

pyramide

Qu'est-ce qu'un rite ?

Un Rite est une structure initiatique très précise, ciselée au cours des siècles par de sages initiés et qui a pour but d'aider le maçon à se développer sur tous les plans, moral, éthique, social, mais surtout spirituel.

Atteindre ce que les Grecs appelaient avec Socrate et Platon "l'état de sagesse", ce que les chrétiens appellent "l'illumination", ce que les Japonais appellent "le Satori", ce que les Hindous appellent "la Réalisation spirituelle", tel est le but premier et fondamental de toute Maçonnerie, même si certains ont tendance à oublier - ou oublient carrément ce dernier point, confondant "religion" et "spiritualité", ou confondant "cléricalisme" et "religion".

Tous les francs-maçons cependant, étant fondamentalement des hommes libres et tolérants, se considèrent comme des frères et acceptent que chacun cultive ses propres convictions et suive son propre chemin spirituel. Les francs-maçons sont, par essence, opposés à tout dogmatisme, quel qu'il soit.

On comprendra que nous ne puissions pas, dans cet exposé, entrer dans les détails initiatiques. Nous nous bornerons donc à un exposé de la substance de chaque rite, en en citant les principaux :

Le Rite Ecossais Rectifié

Stacks Image 259
D’essence Chrétienne, il se réclame d’un idéal Chevaleresque, faisant notamment référence à la droiture et au sens du devoir. Les grades qui en marquent la progression se trouvent parfois réunis sous l’intitulé général de Régime Ecossais Rectifié. Soulignons avant tout que notre Grande Loge lors de sa naissance pratiquait exclusivement le Rite Ecossais Rectifié dans ses trois premiers grades d'Apprenti de Compagnon et de Maître.

Lire la suite

Les rites Anglo-Saxons

Stacks Image 120
Contrairement à une erreur répandue, le Rite Emulation n'a jamais été le Rite officiel de la Grande Loge Unie d'Angleterre, mais l'un des Rites parmi de nombreux autres pratiqués par elle. Pour des raisons dont l'explication approfondie appartient aux sociologues, l'un des traits caractéristiques des sociétés "fermées" était, avant l'apparition de la lettre imprimée, l'interdiction absolue d'écrire.

Lire la suite

Le Rite Français Traditionnel

Stacks Image 76
En 1717 se forme la Grande Loge de Londres. En son sein, dans la décennie 1720, se met en place à partir d'un vieux fonds rituel de la maçonnerie opérative écossaise, enrichi d'éléments anglais, un système en trois grades connu par la publication en 1730 de la Masonry Dissected de Samuel Prichard. La franc-maçonnerie qui s'implante en France vers 1725, dans le sillage d'exilés politico-religieux britanniques, est issue de la Grande Loge de Londres.

Lire la suite

Le Rite Ecossais Ancien et Accepté

Stacks Image 265
Ecossais, le mot évoque un système maçonnique différent du système Anglais, il apparaît semble-t-il en France à la fin du 17ème siècle, dans le milieu des stuartistes réfugiés à St Germain en Laye. Le terme Ecossais a également été relié à l’Ecossisme, système de Hauts Grades apparu vers 1740.
Ancien, est une référence à la Grande Loge des Anciens, fondée après la Grande Loge Moderne de Londres, mais avec une spécificité traditionnelle, éprise de rigueur.
Accepté, se rapporte au fait que dans les Loges Symboliques des membres n’appartenant pas au Métier, pouvaient être acceptés. Ce qui a sûrement favorisé l’essor des Hauts Grades de l’Ecossisme.

Lire la suite

Le Rite Standard d'Ecosse

Stacks Image 174
Le Rite Standard d'Ecosse est le rite que pratiquent actuellement les Francs-Maçons d'Ecosse. Pratiqué au niveau mondial sur presque tous les continents (300 000 Fr:. dans le monde dont 150 000 en Ecosse), il est de la famille des rites Anglo-saxons, au même titre que le rite Emulation représente le rite pratiqué par les Anglais.

Lire la suite

Le Rite d’York

Stacks Image 155
L'origine du Rite d'York est absolument sans rapport avec les Constitutions d'York de 926 sous le règne d'Athelstan et de la Grande Loge d'York appelée "Grande Loge de toute l'Angleterre" qui ne toucha que les comtés d'York, de Cheshire et du Lancashire, n'ayant qu'une faible influence. Elle exista à partir de 1725, et n'eut plus de Grand Maître après 1792 (B.E. Jones).

Lire la suite